22 janvier 2006

comme un navire


comme un navire jaillissant de la montagne Thoard le fier s'impose et nargue le touriste il ne se livrera qu'à celui qui, tranquille, saura errer sans but dans ses ruelles pentues, rue de la Grande Débauche ou rue du Col, au hasard d'escaliers et de portes battantes et qui ne craindra pas de connaitre l'hiver et l'été dans le même quart d'heure pour peu qu'il passe de l'ubac aux jardins en terrasses

1 commentaire:

annibor a dit…

Je découvre ce blog poétique et cet "émincé " de ruralité est bien plaisant. Tes photos sont très belles !